• An Empire Built of Glass 

    Stainless steel architecture can be visually striking, but glass sculptor James Carpenter can make it quite literally glow.

    Carpenter's firm, James Carpenter Design Associates, is designing the new 42-floor Seven World Trade Center, the third building to collapse on Sept. 11, 2001, and the first to be rebuilt. Carpenter found a way to treat the building's street-level exterior -- which discreetly houses concrete vaults containing 10 Con Edison transformers -- with light-refracting prisms. When the building is completed next year, passersby won't simply see their reflections in stainless steel, they will perceive an ambient blue glow emanating from inside.

    Carpenter's unusual ability to combine diverse disciplines -- art, architecture, engineering and technology -- in original, productive ways recently earned him more than a coveted World Trade Center contract. This month Carpenter received a no-strings-attached $500,000 fellowship from the MacArthur Foundation, which selected 23 winners to receive the prestigious genius award this year.

    "Jamie understands how to straddle the line between fine art and actual design and architecture," said Craig Hartman, design partner at Skidmore, Owings & Merrill, the architectural firm that collaborated with Carpenter on Seven World Trade Center and other projects. "Because of the extraordinary poetics of light and material, the visual effects of his work are often stunning."

    For the World Trade Center project, Carpenter selected low-iron glass for the most transparency possible. Direct and reflected sun from adjacent buildings will create subtle changes as one passes the tower. The ever-shifting color accent captured in the facade is intended to enhance the viewer's experience and perception of light.

    Carpenter's talent lies not only in making steel act like glowing glass. He is a glass sculptor, so his true skill lies with glass itself. In another recent collaboration with Skidmore, he made glass behave like a spectrograph.

    When the Skidmore architects won the contract for San Francisco International Airport's international terminal, they asked Carpenter to design the interior atmosphere.

    "It's all about bringing light into the space," said Skidmore's Hartman. "So we have a series of skylights. But Jamie took it a step further with a series of scrims (translucent curtains) that gave a constantly changing cinemagraphic play of light and shadow.

    "He also introduced dichroic glass, a special glass that breaks sunlight into color spectra with colored bands across the floor of the building. As you move through it, it drapes over your body and really connects you to the environment."

    Photo: Seattle City Council with Carpenter's Blue Glass Passage

    Using light to connect people and environment is a Carpenter hallmark. One of his favorite projects is at the Columbus Centre development, where his 15-person studio developed a scheme for an atrium on New York's Columbus Circle.

    Between two 70-story towers is a 150-foot tall entrance of glass, the upper 60 feet of which is a suspended wall that encloses an area for jazz performance.

    "What is noteworthy is the ability to produce a transparent glass wall with minimal support structure," said Carpenter. "It has very delicate cables and that type of wall is a new structure in this country.

    "The idea was to obtain maximum openness to the city of New York for the audience, for the people down on the street to be able to look right up into the performance hall, to make jazz have a connection to the city."

    Also notable is the method Carpenter designed to create stability.

    "Typically with a conventional glass wall, you would have substantial beams that resist forces of wind with their robustness and stiffness," Carpenter said. "But these are more tensile forces, like a tennis racquet, absorbing the forces though flexibility and movement.

    "It contradicts people's notion of strength."

    WIRED News By Kari Lynn Dean

    02:00 AM Oct. 26, 2004 PT

    Story location: http://www.wired.com/news/culture/0,1284,65457,00.html



    votre commentaire

  • Scampering to the Height of Fashion

    </nyt_headline /><nyt_byline version="1.0" type=" " />By MICHELLE SLATALLA (Published: October 28, 2004 in The New York Times)


    </nyt_byline />
    <nyt_text />

    OTTO is a very patient dog.

    He sits with glacial perseverance at the feet of someone eating a salami sandwich. With a look of gentle concern reminiscent of Mother Teresa's beatific gaze, he wills a scrap of the sandwich to fall to the floor - he does not care how long it takes and he does not care if it is only a crumb - and then pounces. In this way, he gets what he wants.

    We brought home a new puppy last week.

    Otto has been ignoring her.

    Meanwhile, she capers under his legs, runs laps around him, gallops up to sniff his nose and attacks his tail while he tries to sleep. Then suddenly she gets exhausted and flops down to nap - using Otto's bone for a pillow.

    Otto is waiting for her to leave.

    "Her name is Sticky," I said.

    He looked away.

    "Be nice to her," I said. "She looks up to you."

    He gave me the skeptical look of an 85-pound Labrador retriever who believes that anything that weighs 4 pounds does not even qualify as a dog.

    "She's just a different breed, a papillon," I said. "Remember how you used to sleep with the cat?"

    As the tiny puppy skittered past, managing somehow to carry one of his tennis balls by its hairs, Otto conveyed with his eyes his fervent hope that I would at least get her some stuff of her own. And soon.

    So I went online to look for miniature tennis balls. Little did I know, as I began to navigate the unfamiliar terrain of sites that cater to the needs and whims of small dogs, that I was about to enter the realm of the nauseatingly cute. Suddenly I was visiting sites with names like teacupspuppies.com, classypets.com and www.thepamperedpu.com.

    I was still a little surprised that I even had a purebred toy breed from a breeder. After a recent column in which I mentioned I was looking, at least 100 readers wrote to chastise me for not considering a rescue dog. So I spent weeks considering dogs at www.petfinder.com, where 163,809 pets were available for adoption one day last week. But in the end, I bought a puppy with a happy, family-friendly personality from a litter bred for temperament.

    "Rescuing a dog is always a good thing," said Gail Miller, spokeswoman for the American Kennel Club. "But it all depends on what you want and what you feel comfortable committing to. So many rescue dogs have special needs because they've been abused in the past or may have emotional problems you don't have time for. It's what fits your lifestyle that you have to think about."

    I ended up with Sticky. And that's how I ended up learning about products like hypoallergenic pet biscotti ($27 for a three-pack at the Pampered Pup site) and the Crown Princess rhinestone-studded collar at morrco.com (priced from $29.99 for a size that would fit Sticky to $49.99 for a size that would fit Otto).

    I could not picture Otto wearing a Crown Princess collar. I could only picture Otto eating a Crown Princess collar or burying it in the mud or carrying it in his mouth like a dead duck as he swam across the pond at the dog park. In fact, as a big-dog owner, at first I had a hard time imagining any useful application for such items at The Puppy Shop as the toy Plus Octopus ($4.99, "lots of legs, lightweight ... squeaker inside") and the leopard print dog jacket ($9.49, "sure to place your dog in the height of fashion").

    Then I noticed that the dog pictured in the leopard print jacket was a papillon. And that the dog in the picture was not shivering the way Sticky does when she goes outside at night.

    I realized I was a small-dog owner, as well.

    "Small dogs are like babies, and they need a whole different set of supplies from big dogs," said Kimberly Walker, co-owner of Teacups, Puppies and Boutiques, a bricks-and-mortar business in Hollywood, Fla., that owns the Teacupspuppies.com site. "During wintertime, they need sweaters because they get chilled. They need small bowls, not a big bowl that's like a bed for them. And tiny tennis balls."

    After ascertaining that Ms. Walker was familiar with big-eared papillons, I confided to her that Sticky was the cutest and smartest one ever born. But, I said, I had one concern. "It's the ears," I said. "Instead of sticking straight out from her head like Sally Field in 'The Flying Nun,' they flop over."

    "It's because she's teething," Ms. Walker reassured me. "Some people tape them up, but they'll go up by themselves. One day you'll look at her and her ears will be up."

    On another topic, she wondered if I had considered a dog carrier. "You could walk around the mall with her in something that looks like a purse or a briefcase, so nobody's the wiser," she said.

    Now that she mentioned it, I had been wondering if I could sneak Sticky into stores with me.

    Ms. Walker recommended that

    I take a look at her other site, mushucanineboutique.com, which features a wide selection of canine carriers she has designed, including the Weekender ($399, looks like a leather overnight case) and quilted leather carriers in four colors, including baby blue and baby pink, ($395, airline-approved).

    Something about them reminded me of my long-lost Barbie carrying case. Intrigued by this new universe of adorable and ridiculously small gear, I felt a reawakening of the same latent tendencies that in my childhood prompted me to line up dozens of pairs of tiny Barbie shoes in color-coded rows beneath matching Barbie frocks and teensy Barbie gloves.

    Suddenly I saw myself inhabiting a world of tiny faux fur coats with matching tiny faux fur blankets (in five colors at allaboutphoebe.com). I still couldn't see myself paying $150 for the faux fur combo. But clearly I had a lot of shopping to do.

    First, a physical reconnaissance mission. My dog-crazy town in northern California harbors a perfect store for my needs. It's called Alpha Dog, it sells tiny leather collars studded with chrome hearts ($30 for size XXS) and it operates an Internet store at alphadog.com.

    As I browsed among the tiny soy protein bones (all natural, $2) and the squeaky stuffed ducks ($10, comes with extra squeaker), the owner noticed I was holding Sticky under my coat.

    "How cute," the owner said. "She looks almost like a papillon."

    "She is a papillon," I snapped. "Her ears are down because she's teething."

    It was a testament to the high quality of the merchandise that despite the unfortunate exchange I couldn't resist buying the duck, the bone and a little leather collar decorated with daisies ($18; a similar style decorated with paws is online at the Alpha Dog Web site).

    For now, I am holding off on major purchases, although I covet the dog sweater emblazoned with a skull and crossbones at smalldogmall.com ($48 for extra-small; the matching leather collar is $18). But at dogtoys.com (where a line on the home page asks, "Squeaker Trouble?"), I bought some miniature tennis balls ($3.95 for a package of three) for Sticky.

    And for Otto? I bought a Happy Dog Jumbo tennis bone ($14.95, in the "Really Rough Toys" category).

    "Notice it's called the Happy Dog bone," I told him as Sticky licked his nose. "Not the resigned, long-suffering, enduring-unspeakable-tortures-in-silence bone."

    Slowly, deliberately, Otto lay down, willing to wait it out.

    E-mail: Slatalla@nytimes.com



    1 commentaire

  • It's the Roman Empire revived in the Big Apple, if some new restaurants are any indication. The latest trend is eateries that offer beds instead of tables and chairs, giving New York residents the chance to do as the Romans did and indulge in a meal out while reclining. Jon Glasser (L) and his girlfriend, Kate Mason (R), decided to celebrate his 23rd birthday by renting a bed with 10 friends at Highline in New York on October 21, 2004.

    Photo by Seth Wenig/Reuters

    New York s'offre un dîner au lit

    mardi 26 octobre 2004 (Reuters - 18:53)

    NEW YORK - La dernière tendance à la mode dans les restaurants new-yorkais: dîner "à la romaine", allongé.

    Le premier établissement à avoir remplacé tables et chaises par des lits vient d'ouvrir ses portes et quelques autres devraient l'imiter dans les semaines à venir.

    "Cela ressemble à une expérience radicalement différente", déclare David, étudiant en doctorat, en observant l'un des trois grands lits chez Highline, à New York, dans le quartier de Meatpacking. "Pour un rendez-vous, cela peut être très bien ou très présomptueux."

    Propriétaires et responsables de ces restaurants assurent que les clients reviendront lorsqu'ils réaliseront à quel point la position allongée réduit les inhibitions, combien les lits sont somptueux et la nourriture, excellente.

    "Les frontières sociales et les barrières ont tendance à disparaître lorsque vous êtes allongés ensemble dans un lit", explique Oliver Hoyos, propriétaire du B.E.D, qui devrait ouvrir début novembre.

    Au début les gens sont " très raides", mais "une demi-heure plus tard, ils s'inclinent et dans l'heure qui suit, ils sont tous allongés les uns sur les autres", assure-t-il.

     http://www.liberation.fr/page.php?Article=249091



    votre commentaire

  • FIAC

    (La Foire internationale de l'art contemporain - 21 au 25 octobre 2004)

    Held in Paris in October, FIAC is a major Eurpean art fair dedicated to art from the 20th and 21st century.

    Lundi 25 octobre 2004
     
    Avec ses 214 galeries (voir la Liste des galeries)  la FIAC 2004 (21 au 25 octobre 2004) est considérée comme l'un des mastodontes des foires internationales d'art contemporain. Sans avoir le lustre branché de New York ou Londres, ni le volume d'affaires de Bâle. Parmi les 70 000 spectateurs attendus en cinq jours (la foire se termine aujourd'hui), il faut distinguer les amateurs d'art, et les professionnels.

    Ces derniers étaient invités dès mercredi. « Une foire, c'est avant tout une histoire de business. Je viens chaque année à la journée pro et repars le lendemain », explique un collectionneur new-yorkais invité, voyage et logement compris, par une galerie.

    Mercredi dernier, les travées étaient moins bondées que ce week-end, mais les négociations se faisaient en « K euros » (en milliers d'euros). Les prix s'envolent vite du côté des galeries très cotées de l'allée centrale. Mais pas d'échanges de devises. « On ne paye qu'à la livraison et jamais en cash, du moins pas moi », confie un habitué des foires. Si les galeristes annoncent quelques cotes pour épater le touriste, ils refusent néanmoins de donner les prix de location pour leur emplacement. Le budget en cartes de visite, lui, doit être colossal. Luise Kaunert, de la galerie Alain Le Gaillard, explique : « La journée pro est essentielle. Pour les contacts, mais surtout pour les ventes. L'an dernier, on avait tout vendu dès jeudi. »

    Du côté des jeunes galeries, circonscrites dans la nouvelle section Future Quake, la moitié du prix de location de l'emplacement est pris en charge par un mécène, une marque d'apéritif sponsor de la Fiac. « Nous sommes là pour nous faire remarquer, pas pour rentrer dans nos frais », admet-on dans une galerie anglaise.

    Dès jeudi, les badauds ont remplacé les pros. Si quelques collectionneurs privés et fortunés se cachaient encore dans la foule, la plèbe des amateurs d'art désargentés intéresse peu les galeristes occupés à remplir des bons de commande de la veille. Pour nombre de visiteurs, la seule dépense de la journée sera le prix d'entrée de 15 euros.  
       
    © 2004 - 20 Minutes France SAS - Tous droits réservés. 

     

    &

     

    Artparis

    (Salon art moderne et contemporain au Carrousel du Louvre - 22 au 25 octobre 2004)


    Lundi 25 octobre 2004
     
    Du haut de ses six ans d'existence, la foire Artparis ne manque pas d'air.

    Créée alors que la Fiac, crise du marché de l'art aidant, était au plus mal, Artparis se tient aux mêmes dates que sa rivale, au Carrousel du Louvre, 99 rue de Rivoli, 75001. Pour son commissaire, Henri Jobbé- Duval, « cette foire est jeune, mais pleine d'audaces. Nous offrons un regard parallèle en invitant des galeries très identifiées. La marginalité n'excluant pas l'exigence, nous ne sommes plus "le salon des refusés de la Fiac". Notre réseau n'est pas appelé à trop s'étendre : avec 90 galeries notre foire reste à taille humaine et on peut en faire le tour en une journée. » L'an prochain, Artparis deviendra une « foire de printemps » et se tiendra en mars. Objectif : investir, dès sa réouverture, le Grand Palais, ancien lieu de résidence de la Fiac...  
     

    Les entreprises françaises investissent peu dans l'art contemporain : 198 millions d'euros en 2000. Loin derrière les autres pays d'Europe, Allemagne en tête. Pour étudier cette lacune typiquement française, la Fiac a organisé les rencontres "Arts et entreprises" .
    Les débats ont essentiellement tourné autour de la loi votée le 1er août 2003 encourageant le mécénat d'entreprise.
    Les groupes qui acquièrent des œuvres peuvent désormais déduire leurs prix de leur bilan imposable.
     

    Liens :

    Actualité artistique





    e-flux
    Paris Art.com
    Agenda culturel, Mairie de Paris
     
    Musées, centres d'art et lieux d'exposition
    Centre Pompidou
    Musée d'Orsay
    Union central des arts décoratifs
    Musée d'art moderne de la Ville de Paris
    Palais de Tokyo
    Fondation Cartier
    Le Plateau
    Le Cube
    Espace Paul Ricard
    Passage de Retz
    Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
    La maison rouge

     
    Centres culturels
    Institut du Monde Arabe
    Centre culturel mexicain
    Centre culturel suisse
    Maison de la culture du Japon à Paris
    Goethe Institut
    Institut Néerlandais
    Maison du Danemark
    Forum culturel autrichien
     
    Photographie
    Le Jeu de Paume
    Maison européenne de la photographie
    Hôtel de Sully - Patrimoine photographique
    Paris Photo
    Les rencontres photographiques d'Arles



    Ministère de la Culture et de la Communication
     Site du Ministère
    Centre national des arts plastiques
    Fonds national d'art contemporain
    Annuaire de l'art contemporain
    Association française d'action artistique
     
    Biennales, évènements
    Le Festival d'automne (Paris)
    Le printemps de septembre (Toulouse)
    La Biennale de Lyon
    Lille 2004
     
    Ouvrages
    Bookstorming (achat en ligne)

    votre commentaire
  • Venise redécouverte par Matvejevitch


    L'auteur du Bréviaire méditerranéen publie chez Fayard L'Autre Venise, traduit du croate

    Né d'un père russe et d'une mère croate, Predrag Matvejevitch est sans doute l'un des plus éminents essayistes du monde slave devenu célèbre depuis son fameux Bréviaire méditerranéen. Après s'être essayé à l'analyse politique, ce maître incontesté en géopoétique retrouve dans L'Autre Venise (Fayard) l'inspiration qui fit sa renommée. Loin des clichés de la "belle endormie", Matvejevitch se fait tour à tour géographe, historien, anthropologue, mythographe, cartographe, pour évoquer des aspects de Venise jusque-là délaissés par ceux qui l'ont dépeinte : herbes folles, bittes d'amarrage, cartes anonymes, rouille, patine... Sobre et poétique, son écriture nous montre que, au-delà des fastes, l'invisible et le silence constituent la substance secrète de Venise.

    "L'Autre Venise"
    Traduit du croate par Mireille Robin et l'auteur.
    Fayard, 156 pp., 15 euros.
    L'ouvrage a été couronné en Italie par le prestigieux prix Strega européen 2003.
    (Titre original : Druga Venecija, VBZ, Zagreb, 2002)


    Predrag Matvejevitch est né en 1932 à Mostar (Bosnie-Herzégovine). Il occupe actuellement une chaire de slavistique à l'université de La Sapienza, à Rome, et a été nommé conseiller pour la Méditerranée dans le "groupe des sages" de la Commission européenne.

     

    REVUE DE PRESSE

    Libération, 15/04/2004

    VOYAGES
    Adresse Sérénissime
    Quoi de neuf sur Venise ? Le regard de Predrag Matvejevitch.

    Par Marc SEMO

    Pour oser écrire encore un livre sur Venise, il faut soit afficher une inébranlable présomption ou au contraire être habité de vrai amour et de pas mal d'humour. Erudit multiforme et inclassable, éternel dissident antitotalitaire et rétif à tout nationalisme, l'écrivain croate Predrag Matvejevitch appartient à la deuxième catégorie. Loin des poncifs, il se fait tour à tour historien, anthropologue, géographe, botaniste ou zoologue pour conter une Sérénissime ignorée, sinon des derniers vrais Vénitiens, espèce en inexorable voie d'extinction dans la cité des Doges.

    Il narre les herbes folles, les mousses sur les pierres, «la rouille somptueuse et la patine qui ressemble à de la dorure», les puits des petites places, les pietre (pierrailles) ­ ces petites sculptures ornant balcons ou margelles avec «leurs sillons semblables à des rides humaines creusés par les intempéries». Il y a, bien sûr, la ville mais aussi l'immensité gris verte de la lagune avec ses îles englouties, ses accès bordés de pilotis comme «arbres sans ramure ni racine», les cimetières des mouettes, ces deux barene (îlots de vase) isolées où elles se posent pour mourir, ou ses ports dont celui de Chioggia où les pêcheurs, il y a encore quelques décennies, utilisaient la numérotation étrusque.

    Dans ce livre foisonnant d'histoires, de lieux et d'anecdotes, Predrag Matvejevitch retrouve le ton et le souffle de son génial Bréviaire méditerranéen, qui contait les vents et les courants, la couleur des flots et le découpé des côtes ou les mots et les techniques de la navigation. «Un épique de la description minutieuse» salué par l'écrivain italien Raffaele La Capria, napolitain qui, dans la préface de ce nouvel ouvrage, souligne que l'auteur «comme un archéologue de l'esprit nettoie minutieusement au pinceau la réalité ensevelie sous la poussière des représentations».

    A Venise, Predrag Matvejevitch est chez lui, né d'un père russe mais d'une mère croate, originaire de cette rive orientale de l'Adriatique qui, pendant des siècles, s'appela le golfe de Venise. Les villes et les îles y étaient vénitiennes. Marco Polo comme tant de citoyens de renom de la Sérénissime en sont originaires. Quand la République tomba, à la fin du XVIIIe siècle, les chroniques de l'époque racontent comment, dans les ports de Zadar ou de Kotor, sonna le glas et comment «les navires étaient mouillés par les larmes des Schiavoni (les Esclavons, c'est-à-dire les Dalmates) comme si la mer elle-même les avait répandues». Ecrivain ex-yougoslave, originaire d'un défunt pays de la fracture entre les deux Europes, Matvejevitch parle en passionné lucide d'une ville elle-même suspendue entre ces mondes : «Les gens de l'Europe occidentale viennent à Venise à la rencontre de l'Orient. Pour les habitants des Balkans et du Proche-Orient, Venise est déjà l'Europe et l'Occident. Pour les uns Byzance commence ici, pour les autres elle s'y achève.» Il a autant d'amour pour les mots du quotidien des Vénitiens que pour les pierres ou l'histoire. «On distinguait les quartiers ­ les sestrieri ­ à l'odeur de leur pain», écrit Matvejevitch, rappelant l'importance cruciale de la fabrication de ce produit dans une ville «où se rencontraient la tradition romaine, les rites chrétiens, l'influence de Byzance, l'héritage du Levant, l'habilité du Machrek.» Il disserte longuement sur les teintes de la rouille «qui ronge le fer, ici en profondeur, là en surface. Elle est noire, brune, rouge, par endroits, elle peut être également rousse (on retrouve étrangement ces couleurs, ces nuances sur les tableaux de l'époque tardive du Titien)». C'est une ville «où tout pourrit» et «l'humidité vieillit à son tour, aussi bien dans la pierre que dans les briques ; que dire de son âge à elle ?».

    C'est un livre bref mais réellement un des grands livres écrits tout à la fois sur cette ville et sur l'imaginaire qu'elle nourrit depuis des siècles. «La Venise que l'on voit d'ordinaire et celle que nous voudrions voir continuent cependant à demeurer l'une à côté de l'autre, l'une dans l'autre même si ce n'est qu'en illusion», écrit Predrag Matvejevitch, soulignant que «l'une ne saurait sans l'autre exister ni survivre : histoire et légende, réalité et mirage, image et simulacre tout ensemble et tout à la fois. Venise et l'autre Venise».

     10/05/2004

     

    Matvejevitch, l'essentiel

    Le 3 septembre de chaque année, à 1 heure du matin, une très vieille femme de blanc vêtue fait les cent pas de San Giacomo à la ruga Rialto, une canne à la main, escortée d'un chat siamois tenu en laisse. Qui raconte cela? Un très vieil homme presque aveugle qui soliloque chaque jour sur le Campo delle Beccarie, et qui affirme que ses ancêtres et les ancêtres de ses ancêtres ont vu aussi cette femme, le 3 septembre. Et qui a recueilli ce témoignage? Predrag Matvejevitch qui est devenu «entre asile et exil» l'un des meilleurs connaisseurs de la Méditerranée et de la Mitteleuropa. Tout, dans son «Autre Venise» (prix Strega européen 2003), est de cette qualité d'écoute – ou d'observation. Loin de lui l'ambition d'écrire le millième ouvrage sur les beautés de Venise, le crépuscule de Venise, les palais de Venise, l'histoire secrète de Venise, etc. Tout a déjà été dit et redit sur ces sujets, ad nauseam. (Offrons-nous le luxe d'une parenthèse avec cette citation de Paul Morand: «Les écrivains ont tellement versé de larmes sur la mort de Venise qu'on ne peut plus y circuler qu'en bateau.») L'ambition de Matvejevitch est bien plus modeste. Ou précieuse. Ce que son préfacier Raffaele La Capria appelle justement «la poétique de l'observation rapprochée». A savoir les petites fleurs sauvages qui poussent entre les pierres des quais ou des ponts, les modestes sculptures extérieures des façades, patinées, presque invisibles, les différents types de pains de Venise ou les vieilles femmes légendaires près du Rialto. L'auteur ne s'abandonne à aucun lyrisme. Il observe. Il voit juste. Mieux, il dit juste. Il touche à l'essentiel. A ce que nous aimons.

    «L'Autre Venise», par Predrag Matvejevitch, traduit du croate par Mireille Robin et l'auteur, Fayard, 160 p., 15 euros.


    Frédéric Vitoux 
     

    Le Nouvel Observateur, Semaine du jeudi 6 mai 2004 - n°2061 - Livres


    votre commentaire